Adama Konaté

27
Jan

Planter des arbres, Banzana, Mali, Novembre 2021

Je m’appelle Abdou Sidibé, Kayes Banzana.  J’ai planté ces arbres car jeunes nous voyions des grands arbres, mais aujourd’hui il n’y en a plus. Nous manquons d’arbres et le manque d’arbres est lié au manque de pluies. J’ai estimé nécessaire de faire quelque chose et j’ai alors planté ces quelques arbres.  Le début n’a certes pas été facile mais aujourd’hui

Lire plus

3
Déc

« Compenser la baisse de pluviométrie à Banzana, Mali », Novembre 2021

A Banzana, les villageois.e.s constatent les effets néfastes de la baisse de pluviométrie sur les rendements et tentent de les compenser par le travail humain. Je suis Haby Sangaré, Banzana. Ici nous ne pratiquons que l’agriculture mais il n’y a pas de pluie.  Nous fertilisons nous-mêmes manuellement nos champs , nous cultivons l’arachide pour subvenir à nos besoins mais la

Lire plus

20
Mai

« Les cultures de maraîchage et le problème de l’eau »,  Banzana (Mali) – Avril 2021

Interview de Famakan Koné  “De nos jours, la pluie n’est plus abondante, nos cultures sont alors perdues. On aime l’agriculture mais si à cause de la sécheresse la récolte n’est pas bonne c’est décourageant. La pluie ne suffit plus, on fait des cultures pour nos besoins quotidiens afin de tenir quand les temps sont durs, comme la patate douce, le

Lire plus

12
Fév

Les mobilités des femmes lors des mariages (Damaro, Guinée)

Dans la région de Damaro, ce sont les femmes qui rejoignent le village de leurs maris. La cérémonie du mariage se fait dans les deux villages : la famille de la femme organise une cérémonie chez elle, puis les parents du futur marié se déplacent pour faire la négociation dans le village de la femme, la remise de la dot se

Lire plus

14
Sep

La fabrication et la signification des tissus à Bouillagui (Mali), Damaro (Guinée) et à Agnack (Sénégal)

Waly, La fabrication des couleurs pour la cotonnade La tenture est une activité de femmes. Voici les éléments constitutifs de l’encre utilisés pour teindre les tissus. Pour le bleu clair, on prend de la cendre du baobab ou de l’arbre qu’on appelle généralement en langue soninke le deyee, et on ajoute le khamee appelé généralement l’acoustique, plus de l’eau bouillante

Lire plus