En 1914, un arbre dénommé le rônier est découvert à Bouillagui par un chasseur du nom de Boubou yaguè (“Boubou le chercheur du miel”).

En ces temps, la forêt de Bouillagui ne comportait que cet arbre. Il y avait la famine, c’est avec les noix de cet arbre que nos parents se nourissaient.

Les noix étaient délicieuses, mais servaient aussi de médicament traditionnel contre les maux de ventre.

L’arbre commence à disparaître dans les forêts car les gens le coupe en cachette pour les utiliser dans la fabrication de la toiture de maisons et des chaises avec tige etc.

Mais grâce à la résilience de la population de Bouillagui, une solution a été trouvée pour revaloriser ce patrimoine très riche qui pourra être d’une très grande utilité pour les habitants du village.

Il y’a 2 ans de cela à l’approche de l’hivernage tou​s ​les villageois sont sortis durant une semaine pour creuser des trous dans divers hectares de la forêt avant la tombée de la pluie pour semer des noix à nouveau.

Les jeunes rôniers ont commencé à pousser et maintenant la forêt de Bouillagui est riche en rôniers grâce à la résilience de la population. Il est redevenu un des aliments consommables pour les villageois.

Auteurs/autrices

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.