« Défis et apports de la transhumance à Bouillagui, Mali », Novembre 2021

« Défis et apports de la transhumance à Bouillagui (Mali) », par Waly Traoré ? (Novembre 2021)

Le phénomène de la transhumance affecte Bouillagui, qui doit parfois trouver des solutions à ses effets négatifs, mais parvient à utiliser le potentiel fertilisant des animaux.

Transhumance et déforestation 

Bouillagui est à la frontière de la Mauritanie, de ce fait à chaque saison de pluie, s’il il ne pleut pas assez ou qu’un manque de pluie est prévu en Mauritanie, leurs transhumanciers se déplacent vers le Mali avec leur bétail, les moutons, les vaches,les chèvres et les chameaux etc.

Donc pendant cette période la forêt de Bouillagui est dévastée à cause des coupes d’arbres par ces étrangers afin de bien nourrir leurs animaux, et de même au retour des animaux vers leurs pays respectifs. Par conséquent, cela menace les champs de cultures et dégrade la forêt. 

Afin d’empêcher la dégradation de la forêt de Bouillagui, les habitants ont créé une association dénommée Garde Forestiers de Bouillagui pour surveiller et veiller contre les coupures abusives des arbres qui conduisent à la déforestation.

Réenrichir la terre, par Waly Traoré (Bouillagui, Mali)

Il y a 7 ans de cela une grande surface de terre était réservée à la culture du maïs à Bouillagui, mais à cause du changement climatique et d’autres facteurs qui détruisent la terre, la terre est devenue non cultivable. 

La solution trouvée pour enrichir cette terre sans engrais chimiques est la suivante. Au moment  de la transhumance que ce soit des bœufs, des moutons ou des chèvres, on demande souvent aux transhumancieux de s’installer sur cette terre pour l’enrichir en engrais naturels tels que la bouse de vache et d’autres déchets. 

Il y a presque un an que cette terre enrichie est redevenue cultivable mais aussi rentable au moment des récoltes.


Par Waly Traoré

Auteur

  • Je m’appelle Waly Traoré, je suis née le 4 octobre 1977. Je viens du village de Bouillagui dans la région de Kayes (Mali), commune rurale de Guidimakha Kerrikaffo. Je suis enseignant généraliste, j’enseigne la cinquième année à l’école fondamentale de Bouillagui.

Laisser un commentaire