“Mon nom est Fatoumata, je viens de Banzana.
Ce que j’avais dit concernant la pompe est valable pour le puits. Nos grands-parents allaient se ravitailler en eau dans le fleuve de Kamankolé à 5 km de Banzana, ils partaient à pied le matin et ne revenaient que l’après-midi, et cette eau ramenée servait alors à toutes les tâches ménagères.
Il y a peu, nous creusions des trous dans le Marigot pour avoir de l’eau, le soir quand l’eau était bien filtrée on faisait la queue afin que chacune puisse avoir une bassine d’eau pour ses besoins. Ensuite, les gens d’un projet sont venus aider les handicapés (aveugles) avec ce puits 《le puits des aveugles 》. Les aveugles faisaient du maraîchage pour subvenir à leurs besoins, ce puits les aidaient dans ce sens mais à cause de la difficulté et du manque d’eau dans le village, l’eau des trous que nous creusions dans le marigot ne nous suffit plus, aller au fleuve n’est pas facile non plus. On a arraché ce puits aux aveugles. On a pris ce puits des aveugles, nous l’utilisons pour nos besoins.
Nous passions même la nuit ici pour avoir de l’eau, finalement on a dû trouver un système de rotation, un groupe puise l’eau le matin et un autre la nuit. Chaque groupe a son tour, on passe nos journées comme ça.

Les commentaires sont fermés.