Le troisième atelier de formation des relais villageois, 28 février-3 mars 2022, Damaro (Guinée)

Le troisième atelier du projet Watigueleya Kélê s’est déroulé à Damaro en Guinée, du  lundi 28 février au jeudi 3 mars 2022. L’atelier s’est centré sur le théâtre comme moyen de sensibilisation aux effets du changement climatique. L’objectif était de former les relais villageois à inventer et jouer des saynètes sur le thème de la résilience climatique, afin qu’ils puissent les rejouer dans leurs villages et lancer la discussion autour de ces thèmes. 

Les relais villageois, des membres de l’association Donkosira et de l’équipe de recherche ainsi que les plus hautes autorités de Damaro (notamment le sous-préfet, le vice maire, le président de l’Union Fakassia, le chef du village…) ont assisté à la cérémonie d’ouverture. Les relais villageois ont ensuite reçu les premiers résultats de l’enquête socio-économique sous forme de fiches statistiques, dont 3 exemplaires ont été remis par village. 

Aboubacar Diarra, expert malien en formation au théâtre, a dirigé l’atelier d’initiation au théâtre. Il a d’abord présenté certains fondamentaux théoriques sur le théâtre, les éléments nécessaires à l’écriture d’une saynète et au jeu d’acteur.rice. La théorie a ensuite fait place aux exercices pratiques, sur l’expression des émotions au théâtre, sur l’improvisation. Pour la troisième journée de formation, les villageois.e.s devaient créer en amont une saynète, par équipe de deux, pour la représenter le lendemain devant les membres de l’atelier. Après les représentations, l’assemblée a échangé pour améliorer les saynètes, leur rythme, l’occupation scénique, l’adéquation avec le thème. A la fin de l’atelier, le formateur a remercié les participant.e.s pour leur travail et les a encouragés à poursuivre. 

Au cours de cet atelier, les relais villageois ont démontré leur capacité à utiliser le théâtre pour sensibiliser aux solutions possibles aux difficultés engendrées par les changements environnementaux, souvent via des saynètes originales et drôles ! Ils sont maintenant prêts à présenter leur travail dans leurs localités respectives afin de susciter une discussion constructive autour de la résilience climatique.


Laisser un commentaire