« La conservation du maïs », Monzona (Mali) – Avril 2021

A la fin de la récolte, on coupe les maïs. On  sélectionne les maïs les plus beaux, les plus gros et les plus complets. On les attache et on les met sur des branches d’arbres. 

Pendant l’hivernage, on les détache pour faire la culture avec. Auparavant, on faisait la culture du maïs blanc mais aujourd’hui c’est le maïs jaune. Les maïs jaunes sont plus riches en vitamines que le maïs blanc, c’est beaucoup plus rapide que le maïs blanc, ça rapporte beaucoup plus que le maïs blanc et il est plus beau aussi.

On a hérité de nos grands parents, c’est eux qui cultivaient le maïs jaune. Ce sont les responsables de l’agriculture qui ont amené le maïs blanc pour le changement de la culture et nous nous sommes mis d’accord sur ça.

Après, on a su que c’est pas avantageux le maïs blanc, il y’avait même certains de nos vieux qui continuaient sur le jaune car eux n’étaient jamais d’accord sur le blanc.

Et nous nous sommes retournés vers eux pour qu’ils puissent enfin nous donner une partie du jaune pour qu’on le cultive à nouveau car c’est beaucoup plus avantageux.


 

Auteur

  • Je m’appelle Boubacar Diakité. Je fais partie du groupe Donkosira. Je viens du Mali, précisément à Kayes, commune rurale de Sadiola. Mon village s’appelle Monzona. Je suis né le 24 octobre 1964.

Laisser un commentaire