“Fertiliser les sols à Bougarila et Monzona, Mali” de Gaoussou Coulibaly, Boubacar Diakité et Mariam Coulibaly, Mai 2021

La fertilisation naturelle des sols par les déjections animales ou les déchets végétaux est assez largement pratiquée, mais différentes techniques peuvent exister, privilégiant par exemple le traitement de l’engrais utilisé ou bien l’économie de travail humain.

La fertilisation naturelle des sols à Bougarila (Mali)

Ils font arrêter les vaches en plein champ comme ça, quand elles vont déféquer sur place, ça va servir d’engrais naturel. Et quand il y a assez de déchets sur une partie, ils bougent les vaches sur une autre partie pour qu’elles puissent fertiliser cette partie aussi. Donc ce sont des sommes d’enclos périodiques pour que les vaches puissent fertiliser la terre. 

Reportage par Gaoussou Coulibaly


Fabrication de l’engrais traditionnel dans le village de Monzona (Mali)

On creuse le sol jusqu’à deux (2) ou trois (3) mètres derrière la concession. On le remplit avec des bâtons secs de mil, de maïs, des herbes sèches et des feuilles d’arbre séchées et on le ferme avec le banco. On l’arrose et on y verse de l’eau pendant quinze  (15) jours jusqu’à ce que ça devienne boueux. On leur met encore des bancos.

Toutes les femmes de la concession, après avoir balayé, mettent ces déchets sous le trou et ferment encore de banco. Tous se décomposent et deviennent chimiques.

Ça se rempli bien. On peut avoir plus de 2 tonnes d’engrais dans ce trou.

Pendant l’hivernage, plus précisément au mois de mai, on les transporte pour les mettre dans nos champs.

Reportage par Boubacar Diakité et Mariam Coulibaly

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap