Projet WATIGUELEYA KÈLÊ : Résilience Climatique Équitable en Afrique de l’Ouest

Programme de Recherche-Action Comparative (Mali, Guinée et Sénégal)

WATIGUELEYA KÈLÊ (« affronter les catastrophes climatiques » en bambara) est un programme de recherche-action mené en collaboration avec :

DONKOSIRA – le chemin de la connaissance (Mali), association pour la promotion des savoirs villageois en Afrique de l’Ouest ; SOAS, Université de Londres (Royaume-Uni) ; Université de Sussex (Royaume-Uni) et Sciences Po Bordeaux (France).

Objectif :

WATIGUELEYA KÉLÊ a pour but de comprendre et de comparer les stratégies locales de résilience face aux stresses et catastrophes socio-écologiques sur la longue-durée et d’aider à la valorisation et l’inclusion équitable de ces stratégies dans la gouvernance and la prise de décision dans trois pays ouest-africains, le Mali, le Sénégal et la Guinée.

Populations concernées :

Les communautés vulnérables et marginalisés, en particulier les femmes et les personnes catégorisées localement comme « descendants d’esclaves », habitant les régions frontières du Mali (Kayes), du Sénégal (Tambacounda et Kédougou) et de la Guinée (Haute-Guinée) pour une inclusion équitable dans le développement local.

Trois axes de recherche :

  • Les savoirs locaux environnementaux historique et contemporains.
  • L’organisation de l’accès aux ressources.
  • L’inclusion dans la prise de décision et la gouvernance des ressources.

Nos Actions :

  • A travers un site web, une application mobile et des ateliers entre villageois des trois pays concernés, permettre aux communautés ciblées de partager et de valoriser leurs expériences et leurs savoirs socio-écologiques dans le domaine de la construction communautaire de la résilience.
  • Par des ateliers de concertations avec les autorités, faciliter l’intégration des savoirs locaux pour une résilience au service du développement à des niveaux multiples.
  • Par des recommandations (policy briefs) auprès des organismes locaux et internationaux, faciliter la participation significative des acteurs et des communautés marginalisées dans le processus de prise de décision pour la gestion des ressources naturelles.

Les résultats attendus :

  • Dé-marginaliser les savoirs locaux.
  • Re-centrer la conceptualisation, les pratiques et les politiques de résilience climatique au niveau des acteurs locaux et des communautés.
  • Encourager des politiques nationales et internationales d’adaptation au changement climatique qui tiennent compte de savoirs locaux et des stratégies de résilience communautaires.
  • Intégrer les expériences et les savoirs locaux pour un développement durable.
  • Renforcer le leadership en termes de planification et d’organisation d’action de résilience communautaire.

« Donkosira : le chemin de la connaissance »

Copy link
Powered by Social Snap